De la génération Y à Z : quelles évolutions pour et sur le marché du travail ?

La nouvelle génération, aussi appelée génération Z, serait, dit-on, plus sensible au travail autonome, libre et sans contrainte. Un rythme de vie et de travail qui se prête facilement au freelancing et à l’entreprenariat. La génération Y, quant à elle, aimerait bien se greffer à cette tendance qui apparaît, souvent comme la plus optimale. 

Quels changements ont donc amorcé cette évolution générationnelle ? Pourquoi les jeunes diplômés préfèrent-ils aujourd’hui l’indépendance du statut de freelance, dès l’obtention de leurs diplômes ? Quel avenir pour cette nouvelle génération qui révolutionne tant le marché du travail ?

La génération Z et la génération Y : quelles différences ?

On parle souvent d’un conflit générationnel entre la génération Y, entrée sur le marché du travail par la voie salariale, confortablement ancrée en CDI, qui allie sécurité et stabilité, et la génération Z, dont les préoccupations divergent, incontestablement. La génération Z, est en soif de liberté, d’autonomie et de reconnaissance personnelle et professionnelle singulière. Cette nouvelle génération, née après 1995, fraîchement diplômée, entre sur le marché du travail en ayant déjà des acquis digitaux et communicationnels. 

Cette génération, parfois nommée Plurals, ultra connectée avec les réseaux sociaux, maîtrise déjà les codes que la génération Y peine à acquérir. Une valeur ajoutée ? Sans aucun doute ! Si un freelance recherche des missions ou souhaite faire son auto-promotion, rien de plus simple : il lui suffit de s’abonner aux groupes spécialisés se trouvant sur Facebook, ou LinkedIn et faire sa promo. 

Et la génération Y dans tout cela ? Née dans les années 80, elle est sociologiquement différente des nouvelles générations, pourquoi ? Professionnellement stable, en famille et ayant des obligations financières plus accrues, ancrée dans un imaginaire collectif, elle se voyait contrainte d’avoir un travail stable et bien rémunéré. Cerise sur le gâteau : un CDI, la clef de la sécurité et de la stabilité. 

Tandis que la génération Y fondait un foyer plus tôt, la génération Z tarde souvent à le faire, voilà ce qui explique, à tout le moins en partie, que cette nouvelle génération ait moins de contraintes que l’ancienne, et souhaite s’accomplir professionnellement, avant d’établir une vie familiale.

Bien que se suivant de quelques années, ces deux générations se sont formées différemment, alors même qu’elles doivent collaborer dans des entreprises ayant un besoin accru, notamment dans le domaine de la transformation digitale.

Se lancer en tant que freelance après avoir obtenu son diplôme : 

La plupart des jeunes diplômés, ou « juniors », qui obéissent aux préceptes de la génération Z, sont plus enclins à se lancer dans le freelancing. En théorie, cela est facilement réalisable, mais la réalité est parfois plus complexe : ces jeunes diplômés ont besoin d’acquérir et de monter en compétences, autrement dit, d’un bagage professionnel afin de se lancer et de fonder leur propre affaire. Clément M, Consultant digital Freelance témoigne : « Après avoir participé à créer et développer deux agences - dont une spécialisée en search rachetée par Havas Media en 2015 - et assurer la refonte d’équipes digitales de grands comptes, j’ai décidé de m’installer pleinement à mon compte». Ce n’est pas chose aisée de se lancer en tant que freelance, c’est pour cela que le plus raisonnable, pour un jeune diplômé, est de s’octroyer le plus de visibilité possible. Pour ce faire, les plateformes de mise en relation entre freelances et clients sont la solution adéquate.

Pourquoi choisir le statut de freelance ?

L’autonomie, l’indépendance, et la liberté : les maîtres mots qui reviennent souvent dans le discours d’un freelance. Voilà toute la différence entre un freelance et un salarié lambda. Finalement, pourquoi choisir d’être freelance ? Pourquoi pas ! En posant la question à un freelance référencé sur Bubbleting : Quel est l’intérêt d’un tel statut? Sa réponse est sans équivoque : « Ma satisfaction en tant qu’indépendant vient du fait que je peux porter et développer ma propre offre et ma propre vision du digital. Une vision qui fonctionne puisque les objectifs ont été systématiquement atteints et dépassés ! » Clément M, consultant expert en Stratégie Digitale et Search.

Les revenus financiers d’un freelance : sont-ils à la hauteur ?

Nous parlons, souvent, des avantages personnels et professionnels d’un travailleur indépendant, mais quid de ses revenus financiers ? Sont-ils à la hauteur de ses attentes ? Voici une comparaison chiffrée de plusieurs métiers SI emblématiques :  

Salarié en CDI   Moyenne mensuelle /net Moyenne annuelle / net**    Freelance  Taux Journalier Moyen  Moyenne annuelle net ***
Chef de projets Digital   3000 €   28 K€ Chef de projets Digital 600€/jour  41 K€
 Ingénieur en Big Data   3185€  30 K€   Consultant en Big Data   780€/jour  53 K€
Expert en Cybersécurité   3833 € 36 K€  Consultant en Cybersécurité   610€/jour    42 K€
Développeur PHP/HTML 2900 €   28 k€  Développeur PHP/HTML   435€/jour  30 K€

*Sources : les données récoltées proviennent du nouveau baromètre de l’emploi de Bubbleting, ainsi que de sources externes telles que : Glassdoor, JDN, Nouvelle vie Pro et Les Echos Start. Les salariés, ainsi que les freelances ont un minimum de 5 ans d'expérience professionnelle.

** Après impôts (taux marginal appliqué de 22 %) 

*** Sur la base de facturation de 138 jours après frais, charges, taxes et impôts

Le statut de freelance se heurte souvent à des préjugés tenaces : il ne paye pas bien, il est fait pour les fainéants … Non seulement les freelances travaillent autant qu’un salarié (en moyenne 3 à 5 jours/semaine), mais, il gagnent leur vie tout aussi bien, voire davantage qu’un salarié.

Un avenir serein ?

Outre la sérénité qu’acquiert un travailleur indépendant en étant son propre patron, il reste, néanmoins, un point non négligeable à rappeler : comment obtenir des missions ?  Comment être sûr de rentrer dans ses frais en sachant que son activité n’est pas basée sur la linéarité et la stabilité ? C’est là où les plateformes de mise en relation, telle que Bubbleting, entrent en scène. Ces « entremetteuses » nouvelle génération garantissent, non seulement, des recherches de projets constantes pour leurs freelances, mais également, des moyens de paiement sécurisés et garantis. L’avantage de recourir à une plateforme comme Bubbleting ? L’assurance que son offre de service soit prise en compte et que son travail soit reconnu à sa juste valeur.

Pour être un freelance qui réussit, jetez un œil sur les conseils pratiques que prodigue Bubbleting à travers son livre blanc : « Mode d’emploi pour freelances et clients dans les métiers des SI, IT et Digital ». Retrouvez, également, tous les taux journaliers moyens des prestations de services des freelances spécialisés dans l’IT et le Digital à travers le nouveau baromètre de Bubbleting.