Le CDI pour les métiers de l'IT et du digital n’a plus le vent en poupe !


Une actualité à suivre pour les professionnels indépendants du consulting IT… 

L’état actuel du marché du CDI en France

Initialement, le CDI a pour but d’assurer la stabilité de l’emploi et la protection du salarié et s’accompagne traditionnellement d’horaires fixes du lundi au vendredi, d’une rémunération fixe et d’un lieu de travail fixe. De plus, l’état actuel du marché du travail dans l’Union Européenne et notamment en France repose sur la flexisécurité alliant flexibilité pour les employeurs et sécurité pour les travailleurs.

Bien que la flexisécurité se soit imposée en Europe, la situation a pourtant bien évolué depuis le sommet de Lisbonne en 2000 puisque les CDI ne sont plus systématiquement signe de stabilité. Désormais, un tiers des CDI sont rompus avant d’avoir atteint un an d’activité. 

Les conditions de travail « traditionnelles » n’ont plus du tout la même pertinence aujourd’hui puisque seulement 25% des salariés en CDI travaillent encore selon les modalités « classiques ». En effet, 16% des CDI travaillent à temps partiel, 15% ont choisi de travailler de chez eux et presque la moitié des personnes salariées travaillent le samedi. 

Même si le CDI reste la norme pour la plupart des salariés, les 15-25 ans sont pourtant de plus en plus nombreux à ne pas travailler en CDI. Les facteurs expliquant le déclin du CDI concernent donc particulièrement les nouvelles générations Y et Z et justifient la chute du CDI dans les années à venir. 

4ème révolution numérique et loi travail : un tournant qui marque la fin du CDI.  

La chute des CDI s’explique en partie par la mise en place de la loi sur la sécurisation de l’emploi en 2013. En effet, cette loi permet aux entreprises de baisser le salaire ou le temps de travail des employés, de modifier leur contrat de travail et même de les licencier s’ils refusent. Cette évolution, amplifiée par la loi travail en 2016, permet donc aux employeurs de porter plus facilement atteinte à l’intangibilité du CDI et marque définitivement la fin de la sécurité de l’emploi. 

La révolution numérique participe considérablement à l’évolution du marché du travail. Les avancées spectaculaires de la robotique, de l’intelligence artificielle ou encore de l’apprentissage automatique vont causer des bouleversements tels que la diminution d’un certain nombre d’emplois et la substitution d’emplois humains par des robots ou des logiciels. A long terme, ces bouleversements pourraient donc accompagner le déclin du CDI en France. Mais c’est le changement de nature du travail, loin devant l’automatisation, qui explique le plus la chute du CDI. En effet, ce changement de nature est marqué par un transfert fondamental des salariés vers les freelancers et indépendants. 

D’après une étude de la Freelancers Union, un tiers des personnes actives sur trois auraient le statut d’indépendant aux Etats Unis en 2015 et l’augmentation des plateformes internet pourraient conduire une personne sur deux à prendre le statut d’indépendant en 2020. En Europe, les choses ont aussi commencé à bouger, notamment en Italie, en Allemagne, au Royaume Uni et au Danemark mais en France également. 

La France doit donc, à son tour, remédier aux conséquences de l’évolution du marché du travail et à l’uberisation de l’emploi.

L’ubérisation de l’emploi : un succès imminent pour les consultants indépendants IT !

L’ubérisation apporte flexibilité non seulement aux entreprises mais aussi aux travailleurs. Cette évolution de l’organisation du travail est très bénéfique aux freelancers, et spécifiquement aux consultants indépendants IT. En effet, les consultants ont la chance depuis peu de pouvoir proposer leurs services sur des plateformes telles que Bubbleting pour travailler en direct avec les clients finaux et ont enfin l’opportunité de quitter les agences et ESN qui séduisent de moins en moins.

L’indépendance des travailleurs comporte de nombreux avantages à la fois pour les travailleurs que pour les entreprises. En effet, embaucher un travailleur indépendant est 35% moins coûteux pour les entreprises que d’embaucher un travailleur en intérim. En contrepartie, les travailleurs indépendants reçoivent leur paie directement via des plateformes internet et bénéficient de démarches administratives beaucoup plus simples grâces à des contrats de prestation de service électroniques. Les consultants indépendants IT peuvent choisir facilement les missions qui leur conviennent en fonction de leurs disponibilités et sont donc maîtres de leurs choix de mission.

Aujourd’hui, les moins de 40 ans veulent réagir face à un marché du travail plus restreint et désirent acquérir plus d’autonomie que leurs aînés. D’après Denis Pennel, qui dirige la Confédération mondiale des services privés pour l'emploi, il faudrait créer un « statut de l’actif » pour faire face à la crise de l’emploi et à l’ubérisation. Ce « statut de l’actif » concernerait particulièrement les indépendants et freelancers. Il existe de nombreuses autres propositions ayant pour but d’améliorer les conditions sociales des travailleurs indépendants telles que la protection sociale, l’assurance chômage ou encore la retraite. 

Le CDI n’a plus le vent en poupe et risque de diminuer dans les années à venir et pour laisser la place à un nouveau système qui apportera de meilleures conditions sociales aux travailleurs indépendants et freelancers.